ADDIS-ABEBA : Ban Ki-moon appelle à investir dans la jeunesse au nom du développement durable

Des jeunes en Colombie. Photo FNUAP Colombie/Pandi

Des jeunes en Colombie. Photo FNUAP Colombie/Pandi

A l’occasion de la première Journée mondiale des compétences des jeunes, des hauts représentants des Nations Unies ont appelé à investir politiquement et financièrement dans la jeunesse pour réaliser un développement durable.

« Je salue pour la toute première fois la célébration de la Journée mondiale des compétences des jeunes. Chaque année, le 15 juillet, la communauté internationale rappellera avec force combien il importe d’aider les jeunes à développer leurs aptitudes à contribuer à notre avenir commun », a déclaré dans un message le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, qui participe actuellement à la troisième Conférence internationale sur le financement du développement à Addis-Abeba.

Cette nouvelle Journée a été créée par l’Assemblée générale des Nations Unies dans le but de sensibiliser le public sur l’importance d’investir dans le développement des compétences des jeunes. A quelques mois de l’adoption des Objectifs de développement durable (ODD) en septembre à New York, le thème choisi pour cette première édition de la Journée est : « Les compétences des jeunes pour le travail et la vie dans le programme pour l’après-2015 ». Lire la suite

ADDIS-ABEBA : les Etats parviennent à un accord historique sur le financement du développement

Le Secrétaire général Ban Ki-moon (à gauche) lors d’une conférence de presse à Addis-Abeba. Photo ONU/Eskinder Debebe

Le Secrétaire général Ban Ki-moon (à gauche) lors d’une conférence de presse à Addis-Abeba. Photo ONU/Eskinder Debebe

A l’issue de négociations acharnées entre Etats participant à la Conférence sur le financement du développement à Addis-Abeba, en Ethiopie, un accord historique a finalement été conclu concernant une série de mesures audacieuses pour réformer les pratiques mondiales du financement du développement durable, ont annoncé mercredi soir les Nations Unies.

« Cet accord révolutionnaire, le Programme d’action d’Addis-Abeba, fournit un cadre de mise en œuvre au niveau mondial du futur programme de développement durable que les dirigeants mondiaux sont censés adopter en septembre [à New York] », a déclaré dans un communiqué de presse un porte-parole de l’ONU, précisant que l’accord a été conclu par les 193 Etats membres de l’Organisation participant à la Conférence, dans le cadre de discussions sous l’égide du Ministre éthiopien des affaires étrangères, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Le Programme d’Addis-Abeba adopté après des mois de négociations entre Etats membres, a précisé le porte-parole, marque une étape importante dans l’établissement d’un partenariat mondial renforcé en faveur d’une prospérité économique universelle et inclusive, de l’amélioration du bien-être de la population mondiale et de la protection de l’environnement. Lire la suite

Ban Ki-moon appelle à investir davantage en faveur de l’égalité des sexes

En Inde, les membres d’un réseau de femmes célibataires, Ekal Nari Shakti Sangathan, qui lutte pour l’obtention du droit des veuves à vivre dans la dignité et la justice. Photo : ONU Femmes / Gaganjit Singh

En Inde, les membres d’un réseau de femmes célibataires, Ekal Nari Shakti Sangathan, qui lutte pour l’obtention du droit des veuves à vivre dans la dignité et la justice. Photo : ONU Femmes / Gaganjit Singh

A l’occasion d’un évènement organisé à Addis-Abeba par ONU Femmes et la Banque mondiale dans le cadre de la Conférence sur le financement du développement, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a souligné la nécessité d’investir davantage en faveur de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes.

Vingt ans après l’adoption par 189 gouvernements de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing, une feuille de route établissant la marche à suivre pour la réalisation des droits de la femme, M. Ban a déploré le manque d’investissements financiers en faveur de l’égalité des sexes.

« Nous savons que les lacunes qui persistent sur la question de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes dans le monde ont été un obstacle à la pleine réalisation de chacun des objectifs du Millénaire pour le développement [OMD] », a regretté le Secrétaire général. Lire la suite

ADDIS-ABEBA : le monde en bonne voie pour mettre fin à l’épidémie de sida d’ici 2030, selon l’ONU

Au Cambodge, une femme atteinte du VIH/sida s’aide d’une canne pour s’approcher de son lit d’hôpital. Photo: World/Masaru Goto

Au Cambodge, une femme atteinte du VIH/sida s’aide d’une canne pour s’approcher de son lit d’hôpital. Photo: World/Masaru Goto

L’objectif de 15 millions de personnes sous traitement contre le VIH d’ici 2015 a été atteint neuf mois avant la date prévue, mettant ainsi le monde sur la bonne voie pour mettre fin à l’épidémie de sida d’ici 2030, s’est félicité mardi le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA).

Selon un nouveau rapport publié dans le cadre de la Conférence sur le financement du développement à Addis-Abeba, en Ethiopie, les nouvelles infections à VIH ont baissé de 35% et les décès liés au sida de 41%. La riposte mondiale au VIH a permis d’éviter 30 millions de nouvelles infections à VIH et 7,8 millions de décès liés au sida depuis 2000, lorsque les Objectifs du Millénaire pour le développement ont été établis.

« Le monde a réussi son pari d’enrayer et d’inverser la propagation du VIH », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon. « À présent, nous devons nous engager à mettre fin à l’épidémie de sida dans le cadre des objectifs de développement durable ». Lire la suite

L’ONU salue un accord historique sur la question du nucléaire iranien

Photo AIEA

Photo AIEA

L’ONU a salué la signature mardi d’un accord historique sur la question du nucléaire iranien à Vienne, en Autriche, après des mois de négociations acharnées.

Selon la presse, l’Iran et un groupe composé de six nations (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) ont annoncé dans la matinée du 14 juillet avoir conclu un accord dont les termes limiteront sensiblement la capacité de la République islamique à enrichir de l’uranium durant les dix prochaines années, en échange d’une levée des sanctions internationales pétrolières et financières affectant le pays.

« C’est bien la preuve de la valeur du dialogue », a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, dans un communiqué de presse rendu public à Addis-Abeba, où le chef de l’Organisation assiste actuellement à la troisième Conférence internationale sur le financement du développement. Lire la suite

ADDIS-ABEBA : l’ONU lance un nouveau fonds pour aider à éradiquer la mortalité maternelle et infantile

Portrait of smiling boy with his mother.

Portrait of smiling boy with his mother.

Dans de la cadre de la troisième Conférence internationale sur le financement du développement à Addis-Abeba, en Ethiopie, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a annoncé lundi le lancement d’un nouveau mécanisme de financement des initiatives visant à mettre fin à la mortalité maternelle et infantile d’ici 2030.

Le Global Financing Facility (GFF – Mécanisme de financement mondial) permettra de soutenir la Stratégie mondiale pour la santé de la femme et de l’enfant et l’initiative ‘Toutes les femmes, tous les enfants’ lancées par M. Ban en 2010, ainsi que les objectifs de développement durables (ODD) qui seront adoptés en septembre à New York.

« Notre vision est claire : mettre fin à toute les morts maternelles, infantiles et adolescentes susceptibles d’être évitées en seulement une génération et veiller à ce que les femmes, les enfants et les adolescents puissent se développer », a déclaré le chef de l’ONU lors du lancement du nouveau fonds, aux côtés de représentants de la Banque mondiale et des gouvernements du Canada, de la Norvège et des Etats-Unis. Lire la suite

ADDIS-ABEBA : Ban Ki-moon appelle à l’action à la veille de la conférence sur le financement du développement

Secretary-General Ban Ki-moon attends Closing of Civil Society Organization Forum.

Secretary-General Ban Ki-moon attends Closing of Civil Society Organization Forum.

A la veille de l’ouverture de la Conférence sur le financement du développement à Addis-Abeba, en Ethiopie, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon a insisté dimanche sur la nécessité d’agir en faveur du développement, lors d’un forum de la société civile organisé en marge de cette conférence.

“Le Programme d’action d’Addis-Abeba fournit un cadre général de financement pour le développement durable. Je sais qu’il y a des divergences d’opinion sur son niveau d’ambition. Les enjeux et les attentes sont très élevés. Les négociations ont été très difficiles”, a noté M. Ban dans un discours. Lire la suite

Journée mondiale : l’ONU met l’accent sur la maltraitance des personnes âgées

Photo : Banque mondiale / Celine Ferre

Photo : Banque mondiale / Celine Ferre

A l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation à la maltraitance des personnes âgées, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a appelé lundi les individus du monde entier à joindre leurs efforts à ceux de l’Organisation afin de trouver des solutions à ce crime odieux.

« Il est tragique et déplorable que dans le monde d’aujourd’hui, les personnes âgées soient trop souvent négligées ou maltraitées. C’est une réalité douloureuse qui reste encore largement ignorée au sein des sociétés », a dénoncé le chef de l’ONU dans un message.

« Pourtant, le vieillissement de la population mondiale rend plus urgentes que jamais la promotion et la défense des droits des personnes âgées, qui devraient représenter plus de 20 % de la population mondiale d’ici à 2050 », a-t-il ajouté.

L’ONU estime en effet qu’entre 1995 et 2025, le nombre des plus de 60 ans dans le monde devrait au moins doubler et passer de 542 millions à environ 1,2 milliard. L’Organisation estime de 4 à 6% le pourcentage des personnes âgées qui ont connu une forme ou une autre de maltraitance à domicile. La maltraitance des personnes âgées peut entraîner de graves traumatismes physiques et avoir des conséquences psychologiques à long terme. Lire la suite

Libye : l’ONU condamne l’enlèvement de membres du personnel diplomatique tunisien à Tripoli

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Libye et chef de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL), Bernardino Léon, s’exprime face à la presse à Skhirat, au Maroc. Photo: MANUL

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Libye et chef de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL), Bernardino Léon, s’exprime face à la presse à Skhirat, au Maroc. Photo: MANUL

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Libye, Bernardino Léon, a vivement condamné une attaque contre le consulat tunisien dans la capitale de la Libye, suite à laquelle dix membres du personnel du consulat ont été enlevés.

Dans un communiqué de presse rendu public dimanche, le chef de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) a demandé « la libération immédiate et inconditionnelle » des membres du personnel enlevés.

Il a également rappelé que le principe de l’inviolabilité des locaux diplomatiques et consulaires doit être respecté.

Selon la presse, l’assaut contre le consulat tunisien, qui s’est produit le 12 juin, a été mené par un groupe d’assaillants non identifiés.

« Cet acte inacceptable est un nouveau rappel du chaos qui est en train d’engloutir la Libye et de la nécessité pour les Libyens de mettre fin au conflit en cours et de se rapprocher rapidement d’un accord politique qui permettrait de rétablir la sécurité et la stabilité dans leur pays », a poursuivi le M. Léon.

Le Représentant spécial a par ailleurs appelé l’ensemble des acteurs libyens disposant d’une influence sur le terrain à faire tout leur possible pour garantir la libération en toute sécurité du personnel tunisien et la protection des missions diplomatiques en Libye.

Journée mondiale contre le travail des enfants : l’ONU appelle à investir dans l’éducation

Photo : Organisation internationale du Travail des Nations Unies (OIT)

Photo : Organisation internationale du Travail des Nations Unies (OIT)

A l’occasion de la Journée mondiale contre le travail des enfants, plusieurs hauts responsables de l’ONU ont appelé vendredi la communauté internationale à investir davantage dans une éducation de qualité afin de lutter efficacement contre le travail des enfants, un fléau qui affecte toujours aujourd’hui des dizaines de millions d’enfants dans le monde entier.

L’Organisation internationale du Travail des Nations Unies (OIT) estime en effet que 168 millions d’enfants âgés entre 5 et 14 ans travaillent actuellement à travers le monde, dont un grand nombre d’entre eux à temps plein et plus de la moitié dans des conditions jugées dangereuses pour leur santé, ce qui les contraint à être déscolarisés et entrave leurs perspectives d’avenir.

« A l’heure actuelle, les aspirations de nombreux parents pour leurs enfants, et celle des enfants eux-mêmes à une éducation convenable, sont vouées à rester des rêves inexaucés », a déploré le Directeur général de l’OIT, Guy Ryder, dans une déclaration rendue publique à l’occasion de la Journée. Lire la suite